Back to Frontpage [ Visit the old site ] contact@ifp-fip.org
Nouvelles |

Déclaration de la société civile brésilienne sur la démocratie dans le pays

Nous sommes convaincus que le procès rétrograde en cours est motivé par les accords implémentés par les politiques sociales d’inclusion des femmes, des noirs et noires, de la jeunesse, des travailleurs ruraux et urbains, des mouvements populaires ruraux e urbains, des peuples traditionnels gitans, indigènes, de matrice africaine et de communauté traditionnelle quilombola, des mouvements LGBTT, et de tant d’autres historiquement invisibles et à l’écart des politiques de l’État brésilien.

La plate-forme nationale brésilienne des ONG et des membres de l’IFP, Abong , a publié une déclaration publique sur sa position concernant la situation politique au Brésil . La déclaration suivre la votation du Sénat le 31 Aout que la destitution du président élu Dilma Rousseff , considéré comme un coup d’Etat médiatique judiciaire parlementaire .

La lettre fut construite au “ VI Encontro Sulbrasileiro de Organizações e Movimentos Sociais ” (VI Rencontre Sudbrésilienne d’Organisations et Mouvements Sociaux), organisée par Abong, et traduit la vision de l’association et des organisations et mouvements sociaux présents à l’évènement, en rejetant l’attaque aux droits des brésiliens qui est derrière la déposition de Dilma.

“La rupture de la démocratie perpétuée par les élites vise non seulement la destitution d’une Présidente élue légitimement par 54 milliards de brésiliens et brésiliennes, mais aussi attaquerles droit conquis et, particulièrement, concéder nos richesses nationales au capital financier international nous mettant “à genoux” face aux grands pouvoirs mondiales”, dis le texte.

D’autres associées de l’Abong se s’ont aussi positionnées vers la même direction : Inesc; FaseInstituto Pólis; SOS Corpo; Cendhec.

Lisez ci-dessous la lettre complète.

SUR LE COUP D’ÉTAT MÉDIATIQUE-JUDICIAIRE-PARLEMENTAIRE AU BRÉSIL

Lettre de la VI Rencontre Sudbrésilienne d’Organisations et Mouvements Sociaux

Nous, travailleurs des champs et de la ville, des organisations et mouvements sociaux, réunis à la VI Rencontre Sudbrésilienne à Francisco Beltrão, manifestons notre indignation et révolte vers le coup d’État contre la démocratie et l’enlevée des droits du peuple brésilien.

La rupture de la démocratie perpétuée par les élites vise non seulement la destitution d’une Présidente élue légitimement par 54 milliards de brésiliens et brésiliennes, mais aussi attaquerles droit conquis et, particulièrement, concéder nos richesses nationales au capital financier international nous mettant “ à genoux ” face aux grands pouvoirs mondiales.

Nous sommes convaincus que le procès rétrograde en cours est motivé par les accords implémentés par les politiques sociales d’inclusion des femmes, des noirs et noires, de la jeunesse, des travailleurs ruraux et urbains, des mouvements populaires ruraux e urbains, des peuples traditionnels gitans, indigènes, de matrice africaine et de communauté traditionnelle quilombola, des mouvements LGBTT, et de tant d’autres historiquement invisibles et à l’écart des politiques de l’État brésilien.

Nous réaffirmons que le seul chemin pour le peuple brésilien est la résistance, l’unité populaire et la lutte quotidienne contre l’enlevée des droits, pour la radicalisation de la démocratie engarantissant la souveraineté nationale. Cela sera possible seulement avec l’unité des mouvements populaires, renforçant ainsi leur autonomie en relation à l’état et les gouvernements, assurant l’articulation avec les autres mouvements populaires de l’Amérique Latine, vers la construction du Projet Populaire.

RÉSISTANCE, UNITÉ POPULAIRE ET LUTTE!

Francisco Beltrão, 31 Août, 2016.

Abong; ABAI; ASPTA; ASSESOAR – PR; CAMP; CAPA Erexim – RS; CAPA; Pelotas – RS; CAPA Verê – PR; CEAAL Brasil; CEAP; CEBI Nacional; CEBI; Canoas/RS; CEFURIA; CETAP; COOCAMP; CRIASBGV Cooperativa – Pelotas/RS; ECOPAN/Cresol; FETRAF – PR; FLD – Fundação Luterana de Diaconia; FONSANPOTMA – Fundos Solidários de Matriz Africana; Frente Permanente do HipHop – RS; Grupo Formação; IDhES Instituto; INFOCOS; Instituto Parrhesia; MAB - Movimento dos Atingidos pelas Barragens; MTD – Movimento dos Trabalhadores e Trabalhadoras por Direitos; MN – Movimento Negro; MST – Movimento dos Trabalhadores Sem Terra; Ong Suve; PAD – Plataforma de Articulação e Diálogo; PRECAVVIDA – PR; RURECO – PR; Sindicato dos Artesões do Rio Grande do Sul; Sindicato dos Trabalhadores Rurais – Francisco Beltrão/PR; Soy Loco Por Ti – Democracia Digital; Terra de Direitos – PR; UBM – União Brasileira de Mulheres – RS; UNICAFES-PR; UNIOESTE; UTF-PR – Pato Branco.

(Lettre élaborée le 31 août 2016, à la VI Rencontre Sudbrésilienne d’Organisations et Mouvements Sociaux promu par Abong)