Back to Frontpage [ Visit the old site ] contact@ifp-fip.org
Nouvelles |

Organisation de la Conférence nationale de la société civile 2017 au Népal

Dayasagar Shrestha – Directeur exécutif, Fédération des ONG du Népal

La Fédération des ONG du Népal, qui est la plateforme nationale des ONG et membre du FIP, a organisé la Conférence nationale de la société civile les 7 et 8 novembre 2017 à Katmandou (Népal) pour : débattre des questions nationales d’ordre politique, économique et social dans le cadre de la nouvelle situation politique, discuter du rôle de la société civile/des ONG à l’égard des ODD et élargir la place qui lui est accordée dans le pays. 526 représentants des quatre coins du pays ont participé aux 3 séances suivantes : Garantir l’accès à l’AEPHA pour le développement durable, Défis relatifs à une mise en œuvre efficace de l’Objectif de développement durable 16 (paix, justice et des institutions solides) à l’aide de solutions et Dialogue sur le soutien fourni aux OSC pour faire évoluer le climat politique. La conférence a débouché sur des conclusions concrètes telles que la déclaration composée de 16 points (téléchargeable ICI) qui vise à faire avancer l’ensemble des OSC. Elle a surtout invité les mécanismes concernés du gouvernement du Népal à prendre des mesures appropriées pour mettre fin à la corruption, contrôler la multiplication des commissions et promouvoir la gouvernance en faisant progresser le droit à l’information, la justice en matière de développement et le contrôle équilibré et collectif du marché.

Pour continuer de promouvoir de manière active divers aspects liés au développement durable, la Fédération des ONG du Népal, la plateforme nationale des ONG, a organisé une Conférence nationale de la société civile les 7 et 8 novembre 2017 à Katmandou (Népal) pour débattre des questions nationales d’ordre politique, économique et social dans le cadre de la nouvelle situation politique, discuter du rôle de la société civile/des ONG à l’égard des ODD et élargir la place qui lui est accordée dans le pays. Le thème de la Conférence était le suivant : « Mise en œuvre intégrale de la Constitution pour garantir la stabilité politique, une bonne gouvernance et l’établissement de responsabilités : une campagne citoyenne propice au développement, à la prospérité et à la transformation sociale ». Son objectif plus général était de rassembler tous les responsables et les militants des OSC du pays pour favoriser les échanges entre les différents acteurs à propos des questions fondamentales pour les OSC et du développement national.

La conférence a débuté par une cérémonie d’ouverture. L’ancien président de la Cour suprême du Népal, M. Kalyan Shrestha, a présidé la conférence en tant qu’invité d’honneur. Il a affirmé que le dénigrement du rôle des ONG dans la démocratisation du Népal représente une injustice pour l’ensemble du milieu militant en faveur de la démocratie. Selon lui, les ONG doivent soutenir les citoyens et exercer des pressions en leur nom. Les représentants des antennes locales de la Fédération des ONG du Népal, ses conseillers, des membres du comité central, des fédérations d’OSC, des alliances, des réseaux, des ONGI, des ONG, des représentants de l’État et les principaux responsables des mouvements de la société civile et des campagnes de défense des droits de l’homme au Népal ont participé à la conférence. Au total, 526 représentants du pays ont été recensés.

Après l’inauguration du programme, trois séances thématiques parallèles ont été organisées. La première séance était intitulée Garantir l’accès à l’AEPHA pour le développement durable ». Plusieurs aspects du contexte actuel, de la situation politique et des futurs besoins ont été évalués au cours de la séance. L’accent a été mis sur le « renforcement des capacités » et sur la « collectivité » pour les modalités de travail et il a été suggéré d’agir impérativement contre le changement climatique et les catastrophes naturelles et de contrôler l’exploitation des ressources en eau et des terres humides, ainsi que de préserver l’environnement naturel. L’État doit contrôler les forces obscures du marché et il est indispensable que les OSC et les gouvernements locaux se coordonnent pour répondre au problème.

La deuxième séance thématique était intitulée « Défis relatifs à une mise en œuvre efficace de l’Objectif de développement durable 16 (paix, justice et des institutions solides) à l’aide de solutions». Cette séance a eu pour thèmes principaux la paix, la stabilité, les droits de l’homme et une gouvernance efficace, en basant ces aspects sur un État de droit en raison de son rôle essentiel pour le développement durable. Les défis actuels du Népal sont l’instabilité politique et les changements structurels des provinces. Les participants ont abordé la question de la réduction de toutes les formes de violence et de la collaboration avec les gouvernements et les populations locales pour trouver des solutions durables aux conflits et à l’insécurité. Il a été conclu qu’il fallait renforcer l’État de droit et promouvoir les droits de l’homme, réduire le trafic d’armes illicites et consolider les institutions de gouvernance internationale (globale et locale).

La troisième séance thématique était intitulée « Dialogue sur le soutien fourni aux OSC pour faire évoluer le climat politique ». Au cours de cette séance, les participants ont abordé la question du nouveau rôle, des nouvelles responsabilités et de la nouvelle autorité des ONG dans l’évolution du climat politique au Népal. Les principaux sujets abordés dans la séance ont été les suivants : la structure et le rôle du Social Welfare Council (SWC) dans un avenir proche, la clarification indispensable des politiques, les cadres juridiques pour les ONG de l’échelle nationale à l’échelle locale dans la Constitution, la coordination primordiale entre le SWC, les différents ministres, les ONG, les ONGI et les autres parties prenantes, la collaboration et la gestion efficaces des ONG et des ONGI pour atteindre les ODD, l’importance et les avantages d’une gestion de l’information établie à différents niveaux et ciblée sur différentes parties prenantes et campagnes de sensibilisation.

Au début du deuxième jour de la conférence, un défilé a été organisé entre New Baneshwor Chowk et Babarmahal au cours duquel les participants ont transmis entre autres les messages suivants : « Une société civile progressiste et compétente pour la démocratie et la prospérité », « Créons un climat propice pour les organisations de la société civile ».

Une séance à huis clos a été organisée après ce rassemblement et les représentants ont indiqué que la loi d’immatriculation des organisations de 1978 leur est préjudiciable et que les ONG ont été contraintes de se restructurer en système fédéral et en comité central pour se coordonner dans les bureaux de la fédération. De nombreux représentants ont déclaré que le comité central devrait aider les autorités locales à travailler en coordination avec les ONG. De la même façon, la question de l’immatriculation des ONG (numéro de compte permanent et numéro de TVA) a été au centre des débats. Les représentants ont indiqué qu’il fallait que les ONG soient perçues de manière positive et qu’il fallait en effet que la situation évolue. Il a été suggéré d’organiser une conférence pour établir un dialogue entre les partis politiques et la société civile et discuter de leurs rôles distincts.

À la fin de la Conférence nationale de la société civile, la Fédération des ONG du Népal a adopté une DÉCLARATION composée de 16 points. Dans cette déclaration, les signataires se réjouissent du succès des élections locales et font part de l’impatience de la Fédération et de ses organisations partenaires à collaborer avec les gouvernements locaux. La conférence a débouché sur des conclusions concrètes portant sur des mesures qui pourront être menées par les principaux acteurs concernés et qui visent à faire avancer l’ensemble des OSC. Les participants à la conférence ont exprimé leurs préoccupations à l’égard des politiques et des pratiques, quelles qu’elles soient, qui vont à l’encontre des droits fondamentaux inscrits dans la Constitution, visent à restreindre l’espace réservé aux OSC et leur participation et créent des obstacles par l’imposition de régimes fiscaux et de règlements administratifs par l’État, car elles sont totalement inacceptables pour les OSC. Les participants ont appelé les acteurs concernés à soutenir immédiatement la loi sur le développement social au niveau fédéral qui vise à décentraliser le Social Welfare Council en menant des consultations adéquates avec la Fédération des ONG du Népal. Ils ont également exhorté les partis politiques du pays à renforcer la participation des femmes, ainsi que des communautés des Dalits, des Janajatis et des Madhesis dans les campagnes civiques et politiques népalaises pour qu’ils y jouent un rôle actif, utile et de premier plan. Les participants ont surtout invité les mécanismes concernés du gouvernement du Népal à prendre des mesures appropriées pour mettre fin à la corruption, contrôler la multiplication des commissions et promouvoir la gouvernance en faisant progresser le droit à l’information, la justice en matière de développement et le contrôle équilibré et collectif du marché.