Back to Frontpage [ Visit the old site ] contact@ifp-fip.org
Nouvelles |

DÉCLARATION DE MAPUTO V Conférence Nationale de la Société Civile Mozambicaine

Notre DEVISE : « La Société Civile et l’Espace Civique au Mozambique »

29 et 30 novembre au 1er décembre 2017, KAYAKWANGA

Nous, les Organisations de la Société Nationales, représentées par les Forums provinciaux, les syndicats, l’université, les confessions religieuses, les paysans, les groupes et réseaux thématiques, réunis lors de la Vº Conférence Nationale des OSC Mozambicaines, sous la devise « La Société Civile et l’Espace Civique au Mozambique » organisée par la JOINT-Ligue des ONG au Mozambique, avec la participation de certains institutions de l’État, d’organisations internationales et du corps diplomatique accrédité au Mozambique, dans l’objectif suivant : Renforcer l’implication des OSC mozambicaines dans le processus de sensibilisation à la gestion et la responsabilisation publique, ainsi que l’exercice de la citoyenneté active.

Nous reconnaissons que les Organisations de la Société Civile (OSC) jouent un rôle incontournable dans la promotion de la citoyenneté active, la paix et l’harmonie sociale, l’éducation et la gestion correcte des sociétés, d’une manière générale, et dans la société mozambicaine, en particulier.

Dans le cadre des débats organisés lors des sessions de cette conférence, les sujets suivants ont été abordés :

a) Les défis de la consolidation de la paix et la réconciliation nationale au Mozambique

b) Les défis du maintien de l’espace civique en Mozambique

c) La situation des droits de l’homme au Mozambique

d) La consolidation de l’État de Droit Démocratique au Mozambique

e) L’efficacité et l’efficience des mécanismes de protection des droits de l’homme au Mozambique

f) Le contexte de la dette publique mozambicaine

g) Les mécanismes de financement des OSC.

Observations :

a) Les défis de la consolidation de la paix et la réconciliation nationale au Mozambique

La paix et la réconciliation sont des questions nationales et doivent être traitées comme tel.

• Nous nous inquiétons de la manière restrictive et polarisée dont se déroulent les négociations de paix et de réconciliation nationale entre le Gouvernement et la RENAMO, laissant plutôt entrevoir un processus occulte.

• Existence d’une subjectivité quant au processus de réconciliation nationale, ce qui n’apporte aucune garantie de cohésion et d’unité parmi les mozambicains et mozambicaines.

b) Les défis de maintien de l’espace civique au Mozambique

Évaluation précise de l’environnement dans lequel opèrent les OSC au Mozambique.

• Il existe une importante limitation de l’exercice des libertés d’expression et de presse, par le biais de multiples modes d’intimidation : Censure, assassinats, menaces et autres modes sophistiqués de répréhension.

• L’actuelle proposition du Gouvernement concernant la Loi des Associations nº 8/91 est une atteinte à l’existence civique des OSC et une limitation de l’exercice de leur citoyenneté active.

c) La situation des droits de l’homme au Mozambique

Dans le domaine des droits de l’homme au Mozambique, les défis suivants prédominent :

• Faible culture juridique des détenteurs d’obligations et de droits ;

• Faible harmonisation et réglementation de la législation nationale et internationale, qui se traduit par une exclusion sociale, par exemple, des personnes en situation de handicap (article 80 de la CRM, Action populaire);

• Corruption généralisée (dette publique), pauvreté ;

• Insécurité et instabilité politique.

d) La consolidation de l’État de Droit Démocratique au Mozambique

• Manque d’indépendance des organes de l’État

• Clientélisme politique

• Népotisme et abus de pouvoir

e) L’efficacité et l’efficience des mécanismes de protection des droits de l’homme au Mozambique

• Manque de volonté politique pour la création d’un environnement favorable à la protection des défenseurs des droits de l’homme de la part du Gouvernement (établissements de tutelle).

f) Le contexte de la dette publique mozambicaine

Manque de volonté politique pour la divulgation du rapport du cabinet Kroll par l’Assemblée de la République et détermination des responsabilités disciplinaires ou pénales pouvant exister.

Il existe des indices de la prise en charge du paiement de cette dette par l’État, soulageant ainsi les principaux acteurs concernés….

RECOMMANDATIONS :

Déclaration sur l’espace civique : Au terme de la Conférence National des Organisations de la Société Civile, les participants ont signé un document intitulé « Déclaration de Maputo », qui recueille les recommandations suivantes :

1. Établissement d’un plan de réconciliation nationale, y compris avec l’implication de la Société Civile.

2. La non polarisation du dialogue entre le Gouvernement et la RENAMO, par le biais de l’implication d’autres forces vives de la société.

3. La création d’un mécanisme de protection des défenseurs des droits de l’homme.

4. La divulgation du rapport du cabinet Kroll par l’Assemblée de la République et la détermination des responsabilités disciplinaires ou pénales pouvant exister.

5. La révision des contrats de grands projets, de manière à ce qu’ils contribuent considérablement à la balance des paiements et à la dépense publique.

6. La révision des mécanismes de participation et de la Loi sur les associations, à partir de la structure et la proposition initiale, l’actuelle proposition déposée auprès de l’Assemblée de la République ne reflétant pas les opinions des concernés.