Back to Frontpage [ Visit the old site ] contact@ifp-fip.org
Nouvelles |

Quels sont les enjeux pour les Organisations de la Société Civile autour du Forum Politique de Haut Niveau à New York ?

Le FIP présente l’avis de certains de ses membres concernant le Forum de haut niveau politique sur le développement durable, organisé  à New York par les Nations Unies.

ABONG – Brésil

Il ne fait aucun doute que les Objectifs de développement durable (ODD) ont permis d’élargir les Objectifs du Millénaire pour le développement. Il est important de souligner que les ODD cherchent à impliquer les États membres des Nations Unies, une bonne nouvelle si l’on le compare avec d’autres processus. Cependant, la réalité est toute autre. Prenons le cas du Rapport Volontaire du Brésil, par exemple. Il y a beaucoup de prosélytisme sans volonté politique ni ressources financières à partir du moment où les mesures d’austérité prises par le gouvernement empêchent la mise en œuvre des ODD. Ce qu’ils disent ce n’est pas ce qu’ils font.

Être dans le Forum de haut niveau politique des Nations Unies c’est comprendre les contradictions entre le discours officiel et la réalité concrète des gouvernements et de leurs pays. En ce sens, suivre la mise en œuvre de ce programme peut comporter certains risques pour les Organisations de la Société Civile (OSC) qui surveillent et se concentrer sur ce processus: être prisonnières d’un agenda ne sera pas efficacement transformatif; que les pays voient les ODD comme un menu dont on choisit les mesures qui apportent le plus grand intérêt politique à court terme; que la frontière entre les pays développés et ceux en développement (revenu moyen et faible) se reproduise à nouveau; et que les forces de ceux qui sont en lutte contre le territoire pour leurs droits comme les peuples forestiers, les communautés autochtones, les femmes, les LGBTQI, les migrants, etc, se voient affaiblie. Comment combler l’écart entre un agenda mondial et ceux qui sont dans les territoires ? Cette réponse n’a pas encore de réponse.

Enfin, cet agenda est important, mais du point de vue de ceux qui se battent pour les droits dans le monde (et il y en a beaucoup), l’expérience récente du FHNP suscite de nombreux doutes sur la volonté politique de ceux qui sont au pouvoir. Il suffit de se rappeler, que ce qui ressorte des événements alternatifs du FHNP est la radicalisation du système néo-libéral, la réduction des droits et les plans d’austérité mis en œuvre partout en suivant des politiques conservatrices. Nous devons donc faire attention avant de nous impliquer sur cet agenda.

NNGO – Nigeria

La société civile doit cesser de jouer le rôle d’un mendiant. Il est extrêmement important que notre secteur démontre collectivement notre valeur et notre impact économique pour la réalisation des ODD. Plutôt que de continuer à faire du bruit -pour lequel nous nous sommes fait connaître-, nous devons maintenant intensifier notre engagement envers le gouvernement et le secteur privé pour voir comment atteindre conjointement les ODD. Le moment de s’organiser de manière plus stratégique est venu.

JANIC – JAPAN

1) Le mécanisme d’examen du HLPF devrait être plus élaboré, car la plupart des présentations de RNV sont « un portrait d’auto-admiration » des activités liées aux ODD. Les examens devraient être effectués en fonction de ce qui a été réalisé et de ce qu’il manque à faire. Si cette tendance se poursuit, la réalisation réelle des ODD ne sera pas atteinte.

2) Il est bon que certains pays aient fait une présentation des RNV en collaboration étroite avec la société civile, notamment la Suède, la Danemark, la Slovénie et la Thaïlande. En tant que membre du FIP, nous aimerions être au courant du déroulement de ces partenariats comme des leçons apprises. Le gouvernement japonais a fait une bonne présentation. Cependant, il n’y avait guère de mention sur la société civile dans le discours du ministre des Affaires étrangères ou dans la vidéo qui a été montrée à l’écran. Par rapport aux pays ci-dessus, l’engagement de la société civile au Japon est encore faible, ce qui représente un défi pour nous, ainsi que nos faibles présence et voix dans la société.

3) Parmi les nombreux événements parallèles au cours du FHNP, la société civile japonaise a également organisé deux événements parallèles (1-ODD en Corée / Japon, 2-développement africain). Nous aimerions être plus engagés avec l’IFP dans l’organisation des événements parallèles et leur promotion et débat.

Asian Development Alliance – ADA

L’événement politique le plus attendu de l’année, le Forum de haut niveau politique organisé sous les auspices du Conseil économique et social a été conclu le 19 Juillet 2017 à New York en adoptant la Déclaration ministérielle. Cette année, on a eu la participation de plus de 2400 représentants des OSC du monde entier. Ils ont réaffirmé la nécessité de s’engager davantage avec les objectifs de développement durable des Nations Unies, l’un des principaux moteurs du changement parmi d’autres piliers du développement. L’un des points les plus saillants du FHNP a été l’exposition des RVN de 43 pays (l’Iran qui était censé présenter son RVN s’y est absenté).

La plupart des présentations ont souligné la participation égalitaire de la société civile avec le gouvernement et le secteur privé comme agents importants du changement dans la mise en œuvre des ODD. Toutefois, dans le rapport réel le rôle de la société civile apparaît à peine.

En second lieu, les rapports ont été très générique. En outre, en dépit de la mention de l’inclusion des ODD dans le plan national, les rapports ne traitent pas les mécanismes de mise en œuvre des ODD dans leurs pays respectifs. L’incapacité à relier les efforts par rapport aux ODD avec des ambitions mondiales est évidemment en raison des contraintes budgétaires. Un autre aspect essentiel est celui de créer un lien entre les ODD et la planification au niveau local. Le manque de sensibilisation par rapport aux ODD au niveau local devrait être abordée avec leur institutionnalisation et leur humanisation.

Comme mentionné ci-dessus, la plupart des gouvernements des différents pays ont fait un rapport générique mentionnant parfois la pauvreté, l’inégalité et l’intégration de la perspective du genre et l’élaboration d’un budget. Cependant, nous estimons qu’il est nécessaire d’intégrer la présentation du ODD 16 aux présentations annuelles des pays en dépit du fait qu’il est inclus dans le rapport finale qui sera présentée en 2019 parce qu’il s’engagé à fournir « l’accès à une justice pour tous », de promouvoir « des sociétés pacifiques et inclusives pour le développement durable » et cherche à créer des « institutions efficaces, responsables et inclusives à tous les niveaux » à un moment où l’espace des organisations civiles se rétrécit.

Un autre aspect important des événements comme le FPAN ou d’autres événements organisés par l’ONU est le manque d’espace officiel pour la société civile sur le site Web de l’ONU. D’une part, l’ONU appelle à un plus grand rôle de la société civile, mais en même temps limite son rôle en ne fournissant pas des espaces formels. L’ONU devrait également exhorter tous les gouvernements à inclure la société civile dans le suivi et l’examen de la mise en œuvre des ODD dans tous les pays.

À cet égard, le rôle du FIP est encore plus important compte tenu du nombre de ses membres dans 64 pays. La FIP, en collaboration avec A4SD, peut être un acteur privilégié important pour exprimer les vues de la société civile et produire une déclaration commune dans le prochaine FHNP, illustrant les problèmes de la réduction de l’espace pour la société civile et en institutionnalisant l’ODD 16 a travers l’organisation, avec ses partenaires, plusieurs ateliers nationaux de formation et de renforcement des capacités tout au long de l’année.