Back to Frontpage [ Visit the old site ] contact@ifp-fip.org
Documents Ressources |

l’Après-2015: La société civile change la règle du jeu pour le développement durable

New York (et internationalement), le 27 septembre 2015. Le secteur privé a été promu à la place d’acteur clé pour la réalisation des Objectifs de Développement Durable (ODD) pour 2030, mais s’il planait encore le moindre doute sur le rôle de la société civile pendant ces 15 prochaines années, la rencontre de haut niveau de l’Après-2015 vient de prouver le contraire.

« Mise en œuvre de l’Agenda de l’Après-2015 – construire un leadership politique pour un changement transformateur », a vu les dirigeants mondiaux et de la société civile se donner les mains pour célébrer une action positive qui a déjà été décidée au niveau local et le rôle que chacun doit jouer pour faire de ces politiques une réalité.

Si nous voulons être sûrs que ces objectifs deviennent une réalité et atteignent les personnes au niveau des pays, les gouvernements et les sociétés civiles doivent travailler ensemble. Ce n’est qu’à travers ce partenariat que nous pourrons être sûrs que nous ne laisserons personne derrière. La société civile a un rôle crucial à jouer pour faire prendre conscience des objectifs universels, en les situant dans leur contexte local, et en poussant les dirigeants à la responsabilisation. « La responsabilité de la mise en œuvre des objectifs repose sur nous tous. Ils sont loin ces jours où la société civile et le secteur privé campaient sur leurs positions et s’accusaient réciproquement. Le moment est venu pour que la société civile prenne part à la solution » a déclaré M. Jakaya Mrisho Kiwete, Président de la République unie de Tanzanie.

Les gouvernements de Tanzanie, de Colombie, du Kenya, de l’Indonésie et de Suède reconnaissent aujourd’hui qu’ils ne peuvent travailler seuls et doivent inclure la société civile pour s’assurer de la prise en charge locale des nouveaux objectifs.

La Colombie, par exemple, conçoit le dialogue permanent avec la société civile comme le jalon fondamental pour que les prises de décision soient transparentes et effectives, tandis que le Kenya pousse à une participation de la société civile pour réaliser la tâche continuelle des Objectifs de développement durable.

« Nous avons besoin de courage et nous ne pouvons pas nous permettre l’échec à de sujet. Ces objectifs ont été signés en notre présence et nous devons les réaliser. Les gens ont leur attention fixée sur nous et disent « ne nous faites pas défaut de nouveau », que Dieu nous aide. » Cette demande passionnée est venue de Jean Patrice Ngoyi K de la Commission pour la justice, le développement et la paix (JDPC) qui a mis au défi les gouvernements à faire preuve de leadership dans tous les secteurs et d’assurer la participation de la société civile pour atteindre les objectifs.  Plus tôt, Emele Duituturaga de l’Association des ONG des îles du Pacifique (PIANGO) a rappelé à tout un chacun que « ce sont les personnes et non le profit qui doivent être au cœur du nouvel agenda ».

L’adoption des ODD cette semaine est historique, mais l’événement d’aujourd’hui nous rappelle que le chemin qui s’ouvre devant nous est complexe et exige un leadership politique et la volonté de changer. Alejandro Barrios du Partenariat pour un développement effectif (CPDE) appelle la société civile à mettre au défi les gouvernements pour qu’ils assurent les droits des personnes, des partenariats équitables et qu’ils affrontent les inégalités, tandis que Tanya Cox de Plan International souligne l’universalité du nouvel agenda, qui appelle les pays riches à aider les pays en développement tout en mettant l’accent sur le bien-être et les droits de l’homme de leurs propres populations.

Alicia Bárcena, Secrétaire exécutive de la Commission économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes (ECLAC0 et modératrice de l’événement d’aujourd’hui, a fait écho à l’appel de l’Après-2015 aux pays pour agir maintenant et inclure la société civile pour mettre en œuvre les ODD, tout en ajoutant qu’il est temps aussi que les pays en fassent l’expérience et s’activent.

Les cinq pays présents sur le podium lors de la rencontre d’aujourd’hui ont montré leur leadership politique pour commencer à mettre en œuvre les OOD avec l’appui de la société civile. Le moment est venu pour que le reste du groupe suive et pour que tous les pays permettent à la société civile de jouer ce rôle de critique.